Souris ! je t’explique

29 mars 2012

Dominique Gayot, laïque consacrée de notre diocèse, publie « Souris ! je t’explique » : un livre truffé d’humour et d’enseignements.
Rencontre avec une auteure « humoureuse » du Bon Dieu.


"Une petite souris est allée à la messe chrismale. De retour, elle raconte ce qu’elle a vu et entendu : c’est la messe des huiles. Elle a eu peur de se faire graisser la patte. Plus tard, la voici consolant les cloches qui ont l’impression de sonner l’angélus dans le vide. Une autre fois, elle fait sa dissertation de philosophie sur l’âme. Rapidement elle se fait rejoindre par Minouche, la chatte de la maison, gourmande des langues des humains qui ne s’y retrouvent pas dans la Bible et elles continuent à jouer et à bavarder ensemble jusqu’au moment où elles coupent le volume.« 



- Dominique, qui êtes-vous ?

Seule non baptisée des huit petits enfants d’une grand-mère qui »croyait comme on lui avait appris« et que j’accompagnais à la messe lorsqu’elle venait nous voir, j’ai été reçue dans l’ Église le samedi avant le Bqc. Ensuite les choses se sont enchaînées tout simplement : la première communion, la confirmation, la consécration religieuse, l’entrée dans l’ordre des prêcheurs, les dominicains. Au cas où je n’aurais pas bien compris où le Seigneur m’appelait, cette grand-mère est décédée le jour de la saint Dominique.
Je suis une vorace de l’étude : Bac + 7 en biologie, chimie et surtout en organisation et Bac + 7 en théologie, c’est-à-dire la licence canonique, celle qui donne l’autorisation d’enseigner. En ce moment j’anime des formations pour adultes. Je suis arrivée dans le Vaucluse il y a un peu plus de vingt ans et j’y ai trouvé mon lieu.
L’humour, les jeux de maux, font partie du patrimoine familial. Je ne peux pas oublier une question à la sortie de la visite du château de la Malmaison :  »c’est quoi la pire ? Ben oui : bureau en pire, buffet en pire, lustres en pire, tapis en pire… quel est ce matériau ?" De quoi faire un livre.
 
- Pourquoi une petite souris ?

Je fais partie de l’Institut Diocésain de Formation. Un conférencier nous a dit un jour que le Bon Dieu est comme un éléphant amoureux d’une petite souris qui se fait tout petit pour qu’elle entende battre son cœur. Je me suis reconnue. Mais je ne pense pas être la seule.
 
- D’où est venue l’idée de ce livre ?

J’ai rencontré à l’institut de formation des responsables d’un journal paroissial qui cherchaient des auteurs. À la lecture de l’exemplaire que j’ai eu en mains, j’ai ressenti comme un manque d’humour et de joie. C’est ce que j’ai proposé. Hélas le décalage était trop fort avec la revue, par contre, un prêtre du diocèse, mis en copie de la première page, m’a répondu que cela ne manquait ni d’humour ni de sérieux. Il est le premier d’une lignée de fans.
Je me suis aussi aperçu qu’il y avait des éléments de base que l’on ne m’avait pas appris à l’université, comme comment laver le linge d’autel, ou bien qu’est-ce que l’angélus, et puis comme membre d’un ordre de prêcheurs, il est légitime que j’aie envie de partager le fruit de ma contemplation, alors au lieu d’un article, la souris a eu droit à livre entier.
 
- Deux animaux, un chat, une souris, pour aider les humains à mieux comprendre l’Eglise ? la foi ? la Bible ?

La chatte était sur les genoux d’une amie qui lisait les pages que je lui avais confiées. Elle ronronnait de plaisir. C’est ainsi qu’elle est devenue le mentor de la souris. Tout simplement.
 
- Quel regard portez-vous sur notre Eglise ?

Pour que je puisse porter un regard sur quelqu’un ou quelque chose, il faut que je lui sois extérieur. Moi je suis dans l’ Église.
 
- D’où vous vient cette énergie ?!

D’abord de mes quatre prières : prière du matin, prière du midi, prière du soir, prière de ne jamais hésiter à me déranger ; ensuite parce que je mène une vie très équilibrée où je partage mon temps entre les travaux manuels (je me suis faite tisserande, fileuse, crocheteuse, brodeuse…) avec le Bon Dieu et les travaux intellectuels à sa recherche lorsque je prépare mes formations, et puis, surtout, nous nous rencontrons le matin à la messe.

Eucharisto (merci en grec) à vous !


Souris ! Je t’explique
de Dominique Gayot, ADN Autoédition